Le Guide

Nouvelles idées: L'île de Marajo, entre mer et terre.

 

 

De la taille de la Suisse, Marajo se situe à l’embouchure de l’Amazone et du Tocantins, face à l’Atlantique. Les civilisations indiennes s’y seraient installées il y a plus de 3.000 ans. Un pays dans le pays.


Peuplée de quelques 200.000 habitants concentrés sur la côte, l’île de Marajo est abritée de forêts, pour la plupart inondées, sur la moitié ouest de la région, et de prairies, certaines sèches tout au long de l'année, sur sa moitié est. Au nord, le fleuve Amazone rencontre l’océan Atlantique dans un choc formidable des eaux. De superbes plages s’étendent sur des kilomètres de sable blanc. Au large, on aperçoit d’autres terres, car la plus grande île deltaïque est en réalité un archipel.

 

Un ferry part chaque jour de Belém pour accoster trois heures plus tard, près de Soure, la principale ville (ou 20 minutes en avion). Pour s’aventurer à l’intérieur, pour qui veut admirer de plus près la vie tranquille dans cet écosystème unique, on rejoint l’une des fazendas de l’intérieur en empruntant une route d’eau - ou "igaporés" en tupi - en bateau ou par les quelques routes accessibles en voiture.

 

Ces fazendas exploitent d’immenses territoires où les troupeaux de buffles peuvent tranquillement profiter de leurs journées avant qu’un gaucho ne les ramène le soir à la fazenda. On raconte que les premiers buffles immigrés sur l’île seraient arrivés à la nage après le naufrage d’un navire français. Partout, sur la plage ou sur les routes, des buffles tirent des charrettes. En témoignage de leur passage, les Indiens ont laissé des objets de poterie sur l’île, vieux de 3.000 ans. Ils trouveraient leurs origines au Pérou et se seraient aventurés au gré de la plus grande rivière d’Amérique.

 

Les journées sont dédiées au farniente sur la plage, aux sorties à dos de buffle ou de cheval, aux promenades de jour comme de nuit à bord d’un petit canoë à moteur, qui permet de s’aventurer dans les bras du delta, et s’adonner à l’observation des oiseaux, des dauphins, caïmans,… Rien n’égale la richesse des sensations d’avancer dans un lieu en tous points hostile à l’être humain, en guettant les signes de vie animale, dans un sentiment mêlé d’excitation enfantine et d’anxiété atavique. Vivre l’instant présent retrouve tout son sens et sa valeur. L’allure paisible, campagnarde, coincée entre les immensités de l’Amazonie et de l’Atlantique.

 

Avenida Franklin Roosevelt, 126, Sala 701/702
ZIP CODE: 20021-120 Rio de Janeiro RJ BRAZIL.

  • sina-weibo_318-10834_副本.png
  • White Twitter Icon
  • 1323051C3-3_副本_副本.png
  • Facebook Limpa
  • White Instagram Icon